Les cours de communication

La communication et l’éco-conseiller

Les liens

Les liens qui unissent intimement la communication et le métier d’éco-conseiller sont existentiels et concernent d’abord les références systémiques: se préoccuper des écosystèmes c’est aussi prendre en compte le développement des systèmes relationnels humains à ses différentes échelles. L’homme fait bien partie de la nature. Le courant théorique de la systémique de la communication (appelé aussi Ecole de Palo Alto) est un courant de pensée dont les principes vont se retrouver aussi bien utiles dans des dimensions techniques du métier d’éco-conseiller (air, énergie, nature & biodiversité…) que dans les dimensions relationnelles et méthodologiques de celui-ci (changement personnel, écoute active, dynamique de groupe, psychosociologie des organisations, gestion de projets…). Si le père fondateur de l’Ecole de Palo Alto, Grégory Bateson, a publié un de ses ouvrages le plus célèbre sous le titre de « vers une écologie de l’esprit », ce n’est pas étonnant que des éco-conseillers s’y sont intéressés !

Les contenus

Du développement personnel au développement soutenable

Les « cours de communication et méthodes d’éco-conseillers » pour reprendre l’appellation utilisée depuis les débuts de la formation de l’Institut Eco-conseil touchent donc ces différentes thématiques des relations humaines et de l’action organisée :

  • Communication interpersonnelle, écoute active et empathique, assertivité
  • Outils et pratiques d’information et d’argumentation
  • Comprendre et maîtriser les processus de motivation et persuasion, mener des actions de sensibilisation
  • Animer des groupes, des équipes, des réunions, des formations, des démarches de concertation…
  • Comprendre et gérer les phénomènes de groupe et le leadership formel et informel
  • Prévenir et gérer des conflits, la négociation au service des professionnels de l’environnement
  • Approche globale (systémique), multi-acteurs et multicritères des questions environnementales
  • Communiquer avec les médias, s’exprimer en public, à la radio, à la télévision
  • La gestion de projets à finalités environnementales, le pilotage et l’évaluation d’actions
  • Les démarches & outils de recueil d’information et recherche (enquêtes, recherche-action…)
  • La communication organisationnelle: comprendre les organisations et agir en leur sein
  • La gestion du changement dans les questions environnementales: de l’interpersonnel, au groupe, l’organisation, au changement social
  • La connaissance de soi et la compréhension des autres au service du développement durable

Les principes et modalités pédagogiques

Il y a d’abord plus de 200 heures de cours qui s’étalent pendant cette année de formation. Surtout étalées pendant les 6 premiers mois de formation théorique, les journées de formation se donnent en groupes restreints (18 participants maximum) pour favoriser les interactions et la dynamique de groupe. C’est aussi une façon plus adéquate de travailler les compétences relationnelles spécifiques au métier d’éco-conseiller.

La pédagogie d’adultes, active et participative, est centrée sur l’insertion socioprofessionnelle où les stagiaires, individuellement, en groupe et en sous-groupes ont un rôle central. Un contrat pédagogique est établit et fonde l’évaluation individuelle et collective du dispositif de formation. Une articulation de compétences de 3 types y est recherchée: savoirs, savoirs-faire et savoirs-être.

Dans une pédagogie de projet (en groupes et individuellement), les principales modalités de mise en œuvre de cette approche sont les suivantes : des exercices, des jeux de rôle, des études de cas, des exposés, des débats, 2 séminaires résidentiels, des journées d’évaluation et d’intégration des apprentissages liés au métier. Des moments de suivis individuels sont aussi prévus à différentes fins : bilan de compétences et de motivation, conseil, évaluation, soutien ou coaching.

La plupart de ces activités implique une participation qui dépasse la simple fréquentation : une implication individuelle est attendue de la part des stagiaires dans la dynamique collective et dans les travaux des sous-groupes.

Après les premiers mois de formation théorique et l’arrivée de la période de stage, le dispositif continue à proposer des modalités pédagogiques de groupe lors des journées dites « vendredis de retour » à l’Institut ; il offre complémentairement, de façon plus structurée et systématique que les premiers mois, des séquences de suivis personnalisés assurés par les membres de l’équipe pédagogique.

 

 

L’institut Eco-Conseil est soutenu par la Région Wallonne, le Forem et la Région de Bruxelles-Capitale

Logos subsidiants

Scroll to top