Prendre soin de l’éco-anxiété

Formation à destination des professionnels de la santé

Dans nos consultations, de plus en plus de personnes expriment leurs inquiétudes face à la situation critique dans laquelle se trouvent l’humanité et la biosphère. Les effets conjugués des désastres en cours et à venir, en particulier ceux liés à la crise climatique et à l’effondrement de la biodiversité, affectent de manière croissante le bien-être psychologique de la population, en particulier des plus jeunes.

Une enquête[1] récente menée dans 10 pays auprès de plus de 10.000 adolescents et jeunes adultes (16-25 ans) montre que 84 % des répondants se disent inquiets face à l’urgence climatique (59 % très inquiets) et plus de la moitié se sentent en colère, coupables ou impuissants. En Belgique, la santé mentale de 11% de la population serait déjà impactée selon une étude[2] de l’UC Louvain.

Ces chiffres mettent en lumière des phénomènes somatiques et psychologiques assez récents mais régulièrement évoqués dans la presse ces dernières années : l’éco-anxiété, le chagrin et la culpabilité écologique, les sentiments d’impuissance, de colère et de déresponsabilisation, ou encore la solastalgie (la souffrance de perdre ce qui nous entoure). Parfois, ces émotions douloureuses sont explicitement nommées. Mais le plus souvent, elles sont ignorées ou inconscientes.

En tant que soignants, nous avons la responsabilité de reconnaître et d’accueillir ces souffrances légitimes auprès de nos patients. Il s’agit de les accompagner dans la recherche de pistes thérapeutiques qui mènent à l’action.

En tant que citoyens, nous sommes aussi impliqués dans ces problématiques. Comme nos patients, nous faisons partie intégrante du « problème » et de la « solution ». Cela induit une relation soignant-soigné particulière et donc un transfert et contre-transfert sensibles.

Contenu

Organisée par Academia (by Institut Eco-Conseil)*, cette formation vous apportera les clés pour :

  • Comprendre les liens entre la santé humaine et la santé environnementale ;
  • Aiguiser l’écoute et la capacité à accueillir les différents types d’émotions liées à l’urgence écologique ;
  • Clarifier son possible contre-transfert, sa propre anxiété et souffrance éventuelle, pour laisser aux patients la possibilité de s’exprimer librement, selon leurs individualités propres ;
  • Orienter adéquatement les patients et leur proposer rapidement des interventions thérapeutiques efficaces qui les soulagent tout en leur évitant le clivage ou le déni.

Concrètement, des apports ou rappels théoriques sur les souffrances écologiques, les stress pré et post-traumatique, l’épuisement, le deuil, la résilience, seront présentés ainsi que des vignettes cliniques et une introduction au domaine de l’écopsychologie. Des pistes éco-thérapeutiques seront également proposées et, pour ancrer les nouveaux savoirs, un travail personnel d’introspection et d’expérimentation pourra être réalisé. Enfin, les différents réseaux, asbl, fondations, … pouvant être des ressources en écopsychologie seront présentés.

Public cible

La formation s’adresse à tous les professionnels de la santé en activité : psychologues cliniciens, psychothérapeutes, orthopédagogues, psychomotriciens, médecins, toute personne dans une relation de soin…

Intervenant.es (à confirmer)

Amandine Godin

Thérapeute depuis plus de 10 ans, Amandine reçoit des patients souffrant surtout d’angoisses, de deuil, d’éco-anxiété. D’abord ergothérapeute (HEPLAV, 2005), elle s’est ensuite longuement formée à la psycho-somatothérapie, l’art-thérapie et l’éco-thérapie. Impliquée dans le milieu de la transition intérieure, elle se passionne pour l’écopsychologie et le travail qui relie.

Martine Capron

Psychothérapeute et formatrice depuis presque 30 ans, Martine est formée à la Gestalt-thérapie, à diverses somatothérapies dont la Danse-thérapie et le massage, à la somatanalyse, à l’EMDR, à la Communication Non Violente et aux méditations de Pleine Conscience et de Pleine Présence. Par ailleurs, amoureuse depuis toujours de la nature vivante et interpellée par tous les dommages et les déséquilibres que nous, les humains, causons à notre Terre et à tous ses habitants, elle s’est aussi passionnée pour l’écopsychologie et l’écothérapie.  Elle les a intégrées dans sa pratique ainsi que dans ses formations de thérapeutes et a participé à la co-création des parcours belges en écopsychologie.

Virginie Morret
Eco-conseillère spécialisée en communication, Virginie coordonne et programme les formations courtes pour Academia*, accompagne et forme les stagiaires à l’Institut Eco-Conseil depuis 2011. Inspirée par le travail de Joanna Macy, Satish Kumar, Michel Maxime Egger, d’autres lectures et un parcours en écopsychologie, son intérêt évolue vers l’écologie sensible, les récits, la spiritualité, et les liens avec le vivant…depuis 2021 elle est la référente et formatrice en transition intérieure et en contenus liés à l’écologie sensible à l’Institut.

Vincent Wattelet
En tant qu’écopsychologue, Vincent navigue constamment entre deux passions : l’écologie et l’âme humaine. Titulaire d’une maîtrise en psychologie clinique (U-Liège), il a co-créé divers projets et associations – dont le Réseau Transition belge et les parcours en écopsychologie – qui placent les émotions, le vivre ensemble et la relation sensible à la Terre au cœur de leur engagement citoyen. Il est aussi animateur d’un réseau de collectifs et d’associations actifs dans l’écologie sensible. Formateur d’adultes et animateur (gouvernance partagée, transition intérieure, ateliers de Travail Qui Relie…) et récemment superviseur et écothérapeute.

Nathalie Grosjean
Dans l’élan de prendre soin de la vie en elle et autour d’elle, elle est devenue éco-conseillère après un master en communication sociale. Formatrice depuis presque 30 ans, elle a accompagné des éco-conseillers-éco-conseillères (IEC), des étudiant.e.s (UCL Mons et Louvain) et d’autres publics d’adultes en transition. Eco-psycho-thérapeute, facilitatrice du Travail Qui Relie, co-créatrice des parcours belges en écopsychologie, elle est aussi poétesse, pour une approche sensible de notre reconnexion au vivant.

Raphaël Stevens
Titulaire d’une maîtrise en sciences à l’Ecole de Géographie et des sciences de la Terre et de l’Environnement de l’Université de Plymouth (UK) et éco-conseiller, Raphaël est co-fondateur de Greenloop, un bureau de conseil en durabilité et économie circulaire. Spécialisé sur la question des risques systémiques globaux et de la résilience socio-écologique, il est aujourd’hui chercheur in(Terre)dépendant, co-auteur de plusieurs livres à succès dont Une autre fin du monde est possible (Seuil, 2018).

En pratique

Une formation de 4 jours :

  • Jeudi 29 et vendredi 30 septembre 2022 (9h-17h)
  • Vendredi 14 et samedi 15 octobre 2022 (9h-17h)

Nous pouvons aussi proposer la formation sur demande (dates à convenir ensemble, à partir de novembre 2022).

Prix: 720 euros (pour les 4 jours)

Tarif préférentiel (ristourne de 33%) pour les personnes diplômées depuis moins de 2 ans ou se lançant dans la profession. N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse event@eco-conseil!

Lieu: soit à Mundo-N, Rue Nanon 98 à 5000 Namur, à 5 minutes à pied de la gare, soit dans vos locaux, à convenir.

Organisation partenaire

Institut Eco-Conseil
Depuis 1989, l’Institut Eco-Conseil contribue à augmenter les capacités d’agir et le potentiel de transformation socio-écologique des personnes, des organisations et des territoires, aux échelles locales, régionales et internationales. Nous contribuons à construire un avenir positif et durable en formant des professionnels de l’accompagnement au changement spécialisés dans les thématiques liées à l’environnement, au développement durable et à la transition socio-écologique.   

Infos/contact

Pour tout renseignement, contactez Virginie Morret – coordinatrice et programmation des formation courtes – virginie.morret@eco-conseil.be – +32 (0)476/923.122

Pour directement s’inscrire, c’est par ici!


(*) Academia, projet porté par l’Institut Eco-Conseil et ses partenaires qui verra le jour… à l’automne 2022.

[1] C. Hickman et al., « Climate anxiety in children and young people and their beliefs about government responses to climate change: a global survey », The Lancet Planetary Health, vol. 5, n° 12, 2021, pp. e863‑e873.

[2] A. Heeren et al., « On climate change anxiety and the threat it may pose to adaptation: An international study across European and African French-speaking territories », 25 octobre 2021, https://psyarxiv.com/a69wp/.